Catégories
Actualités

C’est la rentrée à Degroote!

Test pour l’installation des photos de Nanda Gonzague.

Patrick Le Bellec et l’équipe du Château Coquelle testent l’installation des photos de Nanda Gonzague sur les murs en gravier lavé du quartier Degroote.
Les portraits des habitants s’inscriront prochainement sur les facades des immeubles du quartier en renovation urbaine.
Le 24 septembre prochain aura lieu l’inauguration de cette oeuvre produite par le Comité Citoyen de la Ville de Teteghem. L’exposition des photos sera également présentée au Château Coquelle.  Invité depuis 2019 à l’initiative des habitant·es réuni·es en Conseil Citoyen, le photographe Nanda Gonzague propose un portrait à la fois documentaire et poétique des habitants et du quartier. Se faisant collecteur de la mémoire des habitants, il documente également l’effacement progressif du quartier tout en mettant en lumière celles et ceux qui vivent dans l’ombre, « dans les plis des politiques d’urbanisation ».

 

Catégories
Uncategorized

Sortie Botanique

Le 1er juillet 2021, le Collectif en Rue a organisé une balade botanique autour des plantes sur le site des Papillons Blancs.

L’objectif est de découvrir les plantes sauvages, leurs fonctions et leurs particularités avec une dizaine de participants notamment les personnes vivant au FAM.

Cette balade leur a permis de reconnaître les différents types de plantes, leur environnement ainsi que leurs propriétés, qu’elles soient comestibles, toxiques ou médicinales.

Pendant la balade, les participants ont pu cueillir une petite quantité de plantes comestibles dans le but de préparer un atelier de cuisine. Cet atelier a su offrir des recettes simples, originales et saines autour des plantes sauvages ainsi qu’une explosion de saveur dans les préparations.

À la suite de cette balade, les participants ont été sensibilisés à la préservation de l’environnement, de la biodiversité notamment au travers des cueillettes, des descriptions de chaque plante. 

La balade botanique et l’atelier partagé ont permis de réunir des personnes à la fois du public et du privé autour d’un sujet de sensibilisation. Ceci permettant à chacun d’entre eux, de travailler, de développer des savoirs ou/et des compétences. 

Catégories
Actualités Blog

Les Communs – La Fabrique de l’autoproduction: Mélia Delplanque nous présente le projet HyperFab

 Depuis 15 ans, des expériences d’autoproduction sont réalisées dans les domaines d’urbanisme, du paysage, de l’habitat et des équipements. Plusieurs artisans, élus, collectifs, techniciens de collectivités, citoyens, association, entreprises montent des projets d’autoproduction sur les différents axes :

  •         Habitat
  •         Equipement
  •         Espace public
  •         Paysage

Ces notions ont pour objectifs de créer des filières de réemploi, de matériaux bio-sourcés, de mettre en place des techniques de transmission de savoir-faire, d’auto-construction au public ou au particulier.

L’objectif du projet HYPERFAB porté par Cap sur les Communs est de pouvoir avoir des rencontres régulières, des échanges pair à pair, de faire école en France depuis l’international sur les questions d’auto-construction, de réussir à maintenir vivante la communauté et les savoirs liés à la ressource, de définir collectivement la gouvernance et l’accès à la ressource, de construire des ressources immatérielles partagées notamment des formations, des outils juridiques et assurantiels, référentiels



Le projet est également un moyen de gagner en autonomie. Pour pouvoir financer le projet, l’association a demandé des subventions à la fondation de France et à l’ADEME. Ces subventions permettraient d’avoir une plateforme qui soit auto finançable et autofinancée et qu’elle soit une porte d’entrée pour : les collectivités : cae, cte, scop, artisan, associations entreprises, particuliers, structures culturelles les tiers lieux, lieux de capacitation, les fournisseurs de matériaux de biosourcés et ou réemploi.

Le but est également de réussir à monter une gouvernance, d’acquérir une communauté vivante ainsi qu’un modèle économique vivant qui permette la rétribution des contributeurs et un juste usage des ressources : licence contributive, réciprocité… 


 

Le projet HYPERFAB (La Fabrique de la production collective des territoires) est porté par deux réseaux : le FEDAC (Fédération des accompagnateurs à l’autoproduction rassemblant une cinquantaine de structures notamment des coopératives d’activités, d’emplois, d’entrepreneurs qui accompagne les projets d’autoproduction sur les axes habitats et équipements) et SUPERVILLE (réseau national informel des collectifs co constructeur urbains qui favorisent l’appropriation plurielle des espaces publics qui regroupe une cinquantaine collectifs en France)

Ces deux communautés forment une communauté existante mais qui a du mal à se rencontrer, à échanger et à se fédérer. Il est nécessaire de former des rencontres pour acquérir une communauté vivante, de mutualiser des ressources techniques, juridiques et assurantielles ainsi que d’accompagner les professionnels et de plaider auprès des particuliers et des collectivités.



Par ailleurs, le projet de la Fabrique est également porté par l’association cap sur les Communs, par les réseaux Anis Catalys, par La Fab Mob, l’APES, la CTE de la Haute Vallée de l’Aude et Tilt CTE Haut de France, la Fabrique des transitions, Movilab et la cie des tiers lieux, la fédération ecoconstruire. 



Qu’est-ce qu’un Commun ?

Un commun est une ressource partagée qui peut être matérielle ou immatérielle liée et occupée par une communauté. Cette communauté décide des règles d’accès aux ressources. L’origine des Communs vient du monde numérique avec par exemple les logiciels open source et cette notion de commun a été infusée dans le monde matériel avec des techniques d’organisation collective.

C’est dans le but de développer et de mettre en avant les communs émergent en France que l’association Cap sur les Communs a été créée. L’objectif est de mettre en avant les communs sectoriels comme la fabrique de la communauté, la fabrique de l’énergie, la fabrique de la santé, la fabrique de la pédagogie et puis la fabrique de l’autoproduction.



Cap sur les Communs a également pour objectif de monter des universités populaires des communs pour pouvoir faire connaître cette notion en France. Cela permettrait de trouver un moyen de protéger les communs par des mutuelles.

Lorsqu’on travaille sur un projet de commun, on a ce qu’on appelle « les commoners ». Un ou une commoner est une personne qui va contribuer au projet pour son développement et son émergence sur les territoires mais qui reste en générale très précaire.

 

Pour faire émerger la notion de Commun, plusieurs leviers sont possibles :

  •         L’appel à commun
  •         Les Fabriques sectorielles
  •         Les universités populaires des communs
  •         Les systèmes de mutuelles pour commoners
  •         Les foncières citoyennes avec notamment l’accompagnement des tiers lieux
  •         Le soutien juridique et assurantielle des commoners

De plus, l’association Cap sur les Communs a décidé de mener son travail sur une base de recherche sur les Communs de capabilité.


Les Communs de capabilité sont des concepts d’évaluation de capteur de commun pour (en fonction des objectifs de développement durable) pouvoir analyser les dynamiques collectives, de type PTCE ayant pour finalité le développement durable et ou la transformation sociale.

L’ambition de cap sur les communs se porte sur les relations des communs entre eux et avec les pouvoirs publics : les transitions progresseront entre porteurs de projets et actions publiques



Dans les années à venir, le projet HYPERFAB compte répondre à des appels à projets de la Fondation de France, offrir des formations sur la production collective des territoires et les communs de capabilité et mettre en place sa plateforme dédiée au projet. 


Catégories
Uncategorized

Ignacio Peman nous a fait part des tensions entre les énergies renouvelables et les habitants des campagnes en Espagne

Catégories
Actualités

3 des 4 rencontres de Territoire Europe dans le cadre du Off des assises de l’Energie sont sur You tube

Territoire Europe ouvre sa chaîne Youtube à l’occasion de ces rencontres: https://www.youtube.com/channel/UCT8fkcxKUTdP2gGN0GcddsQ

Le 29 janvier 2021 , Lucy Natarajan intervient sur la participation des habitants et l’implantation des
Éoliennes, https://youtu.be/oyKzzWEZzGI

Le  26 février 2021 Dominique Lancrenon intervient sur les potentiels d’énergie
renouvelable d’un quartier, https://youtu.be/wRZwjcRNNtg

Le 26 mars 2021, Stephan Hauser intervient sur l’héritage du Pétrole dans les ports de
la Mer du Nord, https://youtu.be/FhwiPuA8Jus

Le 30 avril 2021, Ignacio Peman intervient sur les enjeux de production d’énergie par des panneaux solaires et la compétition avec l’agriculture en Espagne, https://zoom.us/j/96194846441?pwd=M0RLOTdjQlFlNHltOFdILzJxcWZ2Zz09%20ID%20de%20r%C3%A9union%20:%20961%209484%206441#success 

Code secret : 256998 

Catégories
Actualités Blog

Lucy Natarajan a présenté la participation des habitants et l’implantation des éoliennes

La conférence est retransmise en suivant le lien: https://youtu.be/oyKzzWEZzGI

De nombreuses questions ont été posées à Lucy dans le cadre de cette conférence:
– sur l’enjeu d’une stratégie d’implantation et de débat qui s’articule entre le local et la proximité des habitants et le niveau national.
– sur le déséquilibre de la prise en compte des paroles d’habitants par rapport aux développeurs;
– sur l’importance du débat entre le ministère de l’environnement et la RSPB, équivalent de la LPO en France concernant la responsabilité par rapport à l’environnement.
– sur la dépréciation constatée des maisons à proximité des parcs éoliens

Catégories
Actualités Blog Uncategorized

Le Off des Assises de l’Energie 2021 à Dunkerque

Le Off des Assises de l’Energie 2021 à Dunkerque
Territoire Europe est un réseau européen créé pour développer la participation citoyenne en Aménagement du Territoire. Il est né en 2019 à Dunkerque à la Maison de l’Environnement en proposant des projets participatifs avec la CUD (Fab Lab Social, Carnalab, Effet Papillons)
Le partage d’expériences entre citoyens de différents pays enrichit les connaissances et dynamiques d’action.
Il intervient dans le off des assises de l’Energie en proposant des débats entre citoyens de différents pays sur les choix énergétiques

le 29 janvier 2021 , Lucy Natarajan intervient sur la participation et l’implantation des Éoliennes en direct de la Maison de l’Environnement avec les participants de Dunkerque qui peuvent être là. Lucy sera en visio-conférence depuis Londres et associera des habitants impliqués dans la démarche au Royaume Unis.

 

 

Le 26 février 2021 Dominique Lancrenon intervient sur les potentiels d’énergie renouvelable d’un quartier en direct depuis le quartier Degroote à Teteghem avec les Papillons Blancs.
Des acteurs de la participation en coopérative énergétique seront associés.

Le 26 mars 2021, Stephan Hauser intervient sur l’héritage du Pétrole dans les ports de la Mer du Nord en direct dans la cité des cheminots de St Pol, avec les participants qui pourront être là. Stephan sera en visio-conférence depuis Delft et associera des personnes de Rotterdam impliqués dans la démarche aux Pays Bas.

Le 30 avril 2021, Ignacio Peman intervient sur les enjeux de production d’énergie par des panneaux solaires et la compétition avec l’agriculture en Espagne, en direct depuis la Halle aux Sucres avec les participants de Dunkerque qui pourront être là
Ignacio sera en visio-conférence depuis Saragosse et associera des habitants impliqués en Espagne dans le débat citoyen sur les usages entre l’agriculture et les champs de capteurs photovoltaïques

Catégories
Uncategorized

Fab Lab Social se poursuit à Teteghem avec les Papillons Blancs

Le site projet des Papillons Blancs à Teteghem s’inscrit dans la continuité du Fab Lab Social
avec le quartier Degroodt:   
Création d’un fab lab découverte de l’environnement faune et flore,  permaculture et construction dans un site nature où des analyses de pollution des sols et leur phyto management pourront se réaliser, le tout, le long d’une promenade qui relie les sites d’hébergements des Papillons Blancs.
Le fil rouge du projet tient dans le mot chemin:
Le chemin qui relie le quartier Degroodt en renouvellement urbain avec le site des Papillons Blancs a été aménagé en 2019 par le collectif En Rue. Il ouvre l’espace central du quartier vers les espaces naturels et la trame verte de la Communauté Urbaine.
Avec les Papillons Blancs, un projet est en gestation de poursuivre ce chemin à travers les espaces naturels qui pourront faire l’objet d’observations et de découvertes, jusqu’aux espaces à développer en cultures et permacultures et en ateliers de constructions avec les Papillons Blancs et les habitants.
Le chemin devient le lien entre les espaces publics et le domaine privé, et entre les usagers, habitants, actifs et personnes hébergées par les Papillons Blancs.
Il jouera un rôle essentiel d’intégration et d’ouverture dans la vie du quartier et pour le pôle d’emplois et d’hébergement que constitue les Papillons Blancs.
Catégories
Blog

Une artiste en résidence, Oonagh Haines nous invite à vivre une parodie de la concertation

Le collectif En Rue avec une artiste en résidence, Oonagh Haines, en collaboration avec Hugo Bricout nous invite à vivre une parodie de la concertation

« Dans un jardin délaissé de la cité des Cheminots, nous tentons de nous repérer dans un paysage mouvant ».

Nous sommes assis en cercle autour d’un plan de la cité des cheminots tracé avec des ficelles tendues au dessus des herbes du jardin.

Chacun de nous porte sur la tête la photo d’une des maisons de la cité jardin, et a écrit préalablement son identité sur un panonceaux accroché autour du cou.

Des scénarios sont égrenés, sur des petits billets que nous nous glissons d’une main à l’autre :

Projet 1 : Vil-le Fleu-rie 4 Fleurs

Projet2 : Là où la Vie se Dé-roule

Projet3 : Voi-sins Vi-gi-lants

Projet 4 : La Vi-lle de tou-tes les am-bi-tions

Nous votons à main levée pour chacun des scénarios, avec de grands bras découpés dans des cartons.

Puis, chacun de nous est accompagné pour prendre de la hauteur, regarder au delà de l’horizon et nous voyons dans des jumelles notre image apparaître à la fenêtre d’une maison abandonnée…

Chaque personne-maison est ensuite invitée à se positionner dans la cité jardin, et le voisinage ainsi créé, nous invite à papoter, d’une rue à l’autre.

C’est un soulagement de se rapprocher ainsi les uns des autres car il y avait une dimension un peu solennelle dans le grand cercle que nous dessinions autour du quartier jardin.

La performance des artistes se conclu dans la convivialité du pot traditionnel, qui semble alors tout à fait surréaliste.

Nous étions une trentaine, et j’ai ressenti vivement l’ironie de cette concertation figurée au cœur d’une cité jardin abandonnée depuis bientôt 30 ans par ses propriétaires institutionnels. ICF Habitat.

Le collectif En Rue et Oonagh Haines ne se trompent pas en exposant la vacuité des propositions dans les jardins mouvants de la cité des cheminots.

Voir les autres réalisations de Oonagh Haines