Les Communs – La Fabrique de l’autoproduction: Mélia Delplanque nous présente le projet HyperFab

les communs

 Depuis 15 ans, des expériences d’autoproduction sont réalisées dans les domaines d’urbanisme, du paysage, de l’habitat et des équipements. Plusieurs artisans, élus, collectifs, techniciens de collectivités, citoyens, association, entreprises montent des projets d’autoproduction sur les différents axes :

  •         Habitat
  •         Equipement
  •         Espace public
  •         Paysage

Ces notions ont pour objectifs de créer des filières de réemploi, de matériaux bio-sourcés, de mettre en place des techniques de transmission de savoir-faire, d’auto-construction au public ou au particulier.

L’objectif du projet HYPERFAB porté par Cap sur les Communs est de pouvoir avoir des rencontres régulières, des échanges pair à pair, de faire école en France depuis l’international sur les questions d’auto-construction, de réussir à maintenir vivante la communauté et les savoirs liés à la ressource, de définir collectivement la gouvernance et l’accès à la ressource, de construire des ressources immatérielles partagées notamment des formations, des outils juridiques et assurantiels, référentiels



Le projet est également un moyen de gagner en autonomie. Pour pouvoir financer le projet, l’association a demandé des subventions à la fondation de France et à l’ADEME. Ces subventions permettraient d’avoir une plateforme qui soit auto finançable et autofinancée et qu’elle soit une porte d’entrée pour : les collectivités : cae, cte, scop, artisan, associations entreprises, particuliers, structures culturelles les tiers lieux, lieux de capacitation, les fournisseurs de matériaux de biosourcés et ou réemploi.

Le but est également de réussir à monter une gouvernance, d’acquérir une communauté vivante ainsi qu’un modèle économique vivant qui permette la rétribution des contributeurs et un juste usage des ressources : licence contributive, réciprocité… 


 

Le projet HYPERFAB (La Fabrique de la production collective des territoires) est porté par deux réseaux : le FEDAC (Fédération des accompagnateurs à l’autoproduction rassemblant une cinquantaine de structures notamment des coopératives d’activités, d’emplois, d’entrepreneurs qui accompagne les projets d’autoproduction sur les axes habitats et équipements) et SUPERVILLE (réseau national informel des collectifs co constructeur urbains qui favorisent l’appropriation plurielle des espaces publics qui regroupe une cinquantaine collectifs en France)

Ces deux communautés forment une communauté existante mais qui a du mal à se rencontrer, à échanger et à se fédérer. Il est nécessaire de former des rencontres pour acquérir une communauté vivante, de mutualiser des ressources techniques, juridiques et assurantielles ainsi que d’accompagner les professionnels et de plaider auprès des particuliers et des collectivités.



Par ailleurs, le projet de la Fabrique est également porté par l’association cap sur les Communs, par les réseaux Anis Catalys, par La Fab Mob, l’APES, la CTE de la Haute Vallée de l’Aude et Tilt CTE Haut de France, la Fabrique des transitions, Movilab et la cie des tiers lieux, la fédération ecoconstruire. 



Qu’est-ce qu’un Commun ?

Un commun est une ressource partagée qui peut être matérielle ou immatérielle liée et occupée par une communauté. Cette communauté décide des règles d’accès aux ressources. L’origine des Communs vient du monde numérique avec par exemple les logiciels open source et cette notion de commun a été infusée dans le monde matériel avec des techniques d’organisation collective.

C’est dans le but de développer et de mettre en avant les communs émergent en France que l’association Cap sur les Communs a été créée. L’objectif est de mettre en avant les communs sectoriels comme la fabrique de la communauté, la fabrique de l’énergie, la fabrique de la santé, la fabrique de la pédagogie et puis la fabrique de l’autoproduction.



Cap sur les Communs a également pour objectif de monter des universités populaires des communs pour pouvoir faire connaître cette notion en France. Cela permettrait de trouver un moyen de protéger les communs par des mutuelles.

Lorsqu’on travaille sur un projet de commun, on a ce qu’on appelle « les commoners ». Un ou une commoner est une personne qui va contribuer au projet pour son développement et son émergence sur les territoires mais qui reste en générale très précaire.

 

Pour faire émerger la notion de Commun, plusieurs leviers sont possibles :

  •         L’appel à commun
  •         Les Fabriques sectorielles
  •         Les universités populaires des communs
  •         Les systèmes de mutuelles pour commoners
  •         Les foncières citoyennes avec notamment l’accompagnement des tiers lieux
  •         Le soutien juridique et assurantielle des commoners

De plus, l’association Cap sur les Communs a décidé de mener son travail sur une base de recherche sur les Communs de capabilité.


Les Communs de capabilité sont des concepts d’évaluation de capteur de commun pour (en fonction des objectifs de développement durable) pouvoir analyser les dynamiques collectives, de type PTCE ayant pour finalité le développement durable et ou la transformation sociale.

L’ambition de cap sur les communs se porte sur les relations des communs entre eux et avec les pouvoirs publics : les transitions progresseront entre porteurs de projets et actions publiques



Dans les années à venir, le projet HYPERFAB compte répondre à des appels à projets de la Fondation de France, offrir des formations sur la production collective des territoires et les communs de capabilité et mettre en place sa plateforme dédiée au projet. 


Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Dominique Lancrenon

Dominique Lancrenon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *